FERMONS FESSENHEIM
ET SORTONS DU NUCLÉAIRE

Accueil du site > Medias > Revue de presse > Une remise en cause de la liberté de manifester

28/09/2009 : Réseau "Sortir du nucléaire" - Une remise en cause de la liberté de manifester

Communiqué de presse

Rassemblement antinucléaire européen à Colmar (3/4 octobre) : une remise en cause de la liberté de manifester.

JPG - 228.8 ko
Plan interdictions Colmar
  • Les cycles et les piétons interdits de circulation dans une grande partie de Colmar le 3 octobre !
  • les organisateurs reçus à la préfecture ce soir à 17h30 pour une réunion "de la dernière chance"

Ce soir, lundi 28 septembre à 17h30 à la préfecture de Colmar, une délégation de représentants du Réseau "Sortir du nucléaire" et du Collectif régional "Fermons Fessenheim" rencontrera le Préfet du Haut-Rhin. Il apparaît que ce dernier se prépare à mettre Colmar dans un véritable "état de guerre" le 3 octobre, prétextant de supposés "risques pour l’ordre public". Le seul véritable danger, dont le Préfet se désintéresse hélas totalement, est pourtant causé par la centrale nucléaire de Fessenheim dont les manifestants demandent la fermeture.

Le Préfet a édicté des interdictions de circulation insensées (> lire les Dernières nouvelles d’Alsace du 26/09/09. Ainsi, samedi 3 octobre, de 8 h et jusqu’’à la fin de la manifestation, "la circulation de tous les véhicules, y compris les cycles et les piétons, exception faite pour les riverains, sera interdite".

Toute personne, même circulant à pied, pourra donc être arrêtée si elle ne produit pas des documents prouvant qu’elle habite dans le centre de Colmar. Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce ces interdictions insensées, sans justification, qui mettent gravement en cause la liberté de manifester et de se déplacer librement.

De toute évidence, le préfet invente de supposés risques et fait semblant d’y croire, pour "justifier" la mise en place de ces mesures absurdes, de façon à gêner l’expression citoyenne, voire à décourager les manifestants de se rendre à Colmar le 3 octobre.

La possibilité de s’exprimer démocratiquement en France est gravement remise en cause. La manifestation de Colmar dépasse de fait la question - pourtant fondamentale - du risque nucléaire : il s’agit aussi d’une importante question de démocratie.

La délégation antinucléaire réaffirmera les intentions pacifiques et citoyennes des manifestants, étudiera toute proposition acceptable, mais refusera les provocations comme l’idée inquiétante du Préfet de rassembler les manifestants dans un stade excentré, une "option" qui rappelle de mauvais souvenirs et doit alerter l’ensemble des citoyens.

Contacts presse :
Rémi Verdet : 06 13 36 71 89
Stéphane Lhomme : 06 64 100 333

> Voir la dépêche AFP du 28 septembre 2009


Voir aussi les communiqués suivants :


> Retour à la liste des articles de presse


Réseau "Sortir du nucléaire" | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact