FERMONS FESSENHEIM
ET SORTONS DU NUCLÉAIRE

Accueil du site > Medias > Revue de presse > Jeûne - L’Alsace.fr

22/04/2009 : Jeûne - L’Alsace.fr

Un jeûne entre salades et asperges contre Fessenheim

Hier, des membres du réseau « Sortir du Nucléaire » interpellaient les clients du marché pour demander, le ventre vide, la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim.

Si le prix des asperges est plutôt à la baisse au marché de Mulhouse, les actions des militants antinucléaires semblaient à la hausse. Hier matin, de nombreux consommateurs venus acheter des fruits et des légumes prêtaient une oreille attentive aux explications de Pierre Rosenzweig et Frédéric Thomas. Les deux militants distribuaient des tracts pour demander la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Pourquoi le marché de Mulhouse ? « On prend le contre-pied de la société de consommation », précise Pierre Rosenzweig qui semble ne pas savoir que les marchands sont souvent des maraîchers locaux…

Une foule divisée

Depuis samedi, Pierre Rosenzweig, comme son collègue, ne se nourrit que de tisane et d’eau (notre édition de dimanche), mais sa santé semble bonne. Frédéric Thomas paraît plus fatigué, mais les deux gardent l’esprit vif pour expliquer pourquoi il est urgent de fermer « cette vieille dame qu’est Fessenheim, et sur laquelle on fait de l’acharnement thérapeutique ». La foule se divise en deux clans : ceux qui ne veulent rien savoir et contournent les membres du collectif « Fermons Fessenheim » et les autres — souvent jeunes — qui prêtent une oreille attentive aux arguments du démantèlement de la centrale vieille de 30 ans, mais qui pourrait continuer de fonctionner encore dix ans. La décision interviendra en octobre 2009, lors de la troisième visite décennale, et le réseau « Sortir du nucléaire » est clairement décidé à faire monter la pression jusqu’à cette date. « Écoutez argumente Pierre Rosenzweig , je suis grand-père. Je ne me vois pas, pour mes petits-enfants, rester sans rien faire en attendant que Fessenheim soit victime d’une inondation si une digue du grand canal d’Alsace cède, ou qu’un tremblement de terre déclenche un accident majeur. » Derrière les deux militants, les clients continuent de remplir leur cabas de salades non radioactives. Pour l’instant…

Laurent Gentilhomme


> Retour à la liste des articles de presse


Réseau "Sortir du nucléaire" | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact