FERMONS FESSENHEIM
ET SORTONS DU NUCLÉAIRE

Accueil du site > Medias > Revue de presse > Pompiers et policiers face aux violences urbaines

17/09/2009 : Dernières nouvelles d’Alsace - Pompiers et policiers face aux violences urbaines

Une quarantaine de policiers, soixante pompiers et une équipe du Smur ont joué hier plusieurs exercices de violences urbaines dans un « village de combat » situé en Allemagne. La plupart seront sur le terrain lors de la manifestation antinucléaire qui se tiendra à Colmar le 3 octobre.

Gilets tactiques pare-coups, casques pare-balles, jambières, les policiers alsaciens font claquer leur tonfa, le bâton de défense, sur les boucliers et s’avancent vers le premier obstacle, une barricade, dressée par les émeutiers. Le premier rang essuie des jets de pierre et de bouteilles remplies de terre. A l’arrière, un des hommes arme son cougar lanceur de grenades lacrymogènes.

Premier avertissement. Il y a en aura d’autres durant l’exercice. En face, les manifestants, qui campent des individus violents, jouent au chat et à la souris avec les forces de l’ordre. Ils passent d’une maison à l’autre, lancent des projectiles et se replient rapidement.

Les policiers s’organisent, font des sauts de puce, manoeuvrent pour ne pas être pris à revers. Deux d’entre eux sont blessés et directement évacués. Un manifestant est au sol. Une fois la personne entourée par les forces de l’ordre, les pompiers et une équipe médicale du Smur interviennent. Au même moment, un incendie vient de se déclarer dans une maison toute proche. Là encore, les policiers doivent sécuriser l’environnement immédiat avant que les pompiers puissent se déployer.

« Nous jouons une manifestation grandeur nature qui dégénère rapidement, indique le capitaine Binet, officier au commissariat de Mulhouse. Nous faisons face à des jeunes gens très bien organisés à l’image des black blocks lors des manifs anti-OTAN à Strasbourg. L’objectif aujourd’hui est de rappeler les bons réflexes. » Plus d’une quarantaine de policiers de Colmar, Mulhouse et Strasbourg participent à cet exercice qui se tient en Allemagne, à Hartheim. La brigade franco-allemande dispose d’un terrain en pleine forêt où elle a construit un « village de combat ».

Organisateurs, les pompiers du Sdis (service départemental d’incendie et de secours) du Haut-Rhin s’entraînent régulièrement sur le site. Hier, une soixantaine d’entre eux, venant des centres de Colmar, Horbourg-Wihr, Sainte-Croix-en-Plaine et Houssen, jouaient l’exercice. « On travaille plusieurs situations difficiles, liées aux violences urbaines. Une personne va menacer de tout faire sauter chez elle à la suite de violences familiales. L’environnement en bas de l’immeuble est très hostile. Y’a de la tension. On intervient derrière les policiers », raconte le capitaine Brutillot, adjoint au chef du centre de Colmar.

A deux semaines de la manifestation antinucléaire qui se déroulera à Colmar, la pratique de cet exercice n’est pas due au hasard. Pour le capitaine Binet, si la grande majorité des personnes attendues les 3 et 4 octobre sont des « pacifistes », un débordement est toujours à craindre.

N.R.

JPG - 432.3 ko

> Retour à la liste des articles de presse


Réseau "Sortir du nucléaire" | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact